Je qualifie la photographie de rue comme étant la copie du monde qui nous entoure...


Je déambule dans les rues,  je photographie tout ce dont on ne voit plus au quotidien, je vais d'un endroit à un autre sans bien savoir ce que je cherche. 

Paradoxalement, je suis attiré par toutes sortes de choses, par ce qui est beau ou moins beau, par une belle lumière, les tags et graphs, par les affiches publicitaires, par les reflets des vitrines formant des superpositions d'images et par la foule. 

Mon histoire.

Je voulais devenir photographe.

Né en 1954 à Bordeaux, ville où j'ai grandi, c'est à mes 21 ans, au cours de balades le long des berges de la Garonne que je découvre le plaisir de photographier de beaux paysages. La  photographie devient une passion grandissante et à l'époque je rêve de voyages, de grands espaces et de notoriété à la manière des grands reporters  des années 70, mais mon parcours professionnel est déjà orienté dans les chiffres et ce dès mes dix sept ans.

En 1994, pendant une longue période d'inactivité, je travaille bénévolement chez T2L, société de photographie aérienne, et je découvre les premiers outils d'impressions numériques  (ordinateur Mac et traceur).  Jacques THOMAS, photographe et principal dirigeant, comprends rapidement les avantages de ce nouveau procédé afin de livrer pour ses clients et en un laps de temps les commandes publicitaires.  Jacques Thomas décèdera trois mois après, suite à un accident.

Dans la même année, je réitère cette expérience chez Philippe LAPLACE photographe spécialisé également dans la photographie aérienne pendant une période de deux mois.  

A l'aube de mes 50 ans, je prends la décision de partir l'aventure pour devenir enfin un "PHOTOGRAPHE".  J'adhère en 2009 au GNPP (Groupement national de la photographie professionnelle) afin d'acquérir de l'expérience dans la photographie sociale (mariage, portrait, corporate, évenmentiel). J'enchaîne ensuite  des  stages organisés par l'AFMI (association pour la formation des métiers de l'image) avec la présence de photographes de renomée nationale et internationale.

Au cours de congrés organisés par le GNPP à Tours en 2013  et à Montpellier en 2015,  je décroche deux fois le titre de "Portraitiste de France", titre tant convoité dans la profession.

J'exerce cet art durant les douze années suivantes, mais en parallèle  la "Photographie de rue" ou "Street Photographie" représentée par  la photographie américaine des  années 50 aux années 70 me fascine et sera mon principal intérêt.

De 2008 à 2013 je débute  une série, somme toute assez classique, sur la ville de Bordeaux en pleine mutation urbaine dûe à l'arrivée du tram.

Il me faut alors une style plus personnel sans pouvoir le définir et me débarraser des codes de la photographie professionnelle que j'ai appliqué  toutes ces années. 

C'est par  le travail du photographe japonais Daido Moriyama, avec ses photographies contrastées, granuleuses et ses cadrages décalés  représentant l'évolution de la société japonaise dans la deuxième moitié du XX ème siècle que je me reconnais le plus. Il photographie sans relâche tout ce qui l'attire. Il est l'un des photographes les plus inventifs de sa génération, dont le style si particulier et les sujets si personnels sont reconnaissables . 

Je m'en inspire fortement pour ma nouvelle série :

       "JE PHOTOGRAPHIE CE QUE JE VOIS


Using Format